…qui finit bien.

C’est ainsi que j’ai terminé le pull Shellseeker de Heidi Kirrmaier. Comme d’habitude je n’ai pu m’empêcher de changer quelque chose. Une bricole, un rien du tout! Enlever la poche de devant m’a semblé plus adapté à ma stature. C’est donc sans état d’âme que j’ai supprimé ce qui faisait, quand même, le charme de ce pull! Il reste que la construction très travaillée est superbe et qu’il tombe à merveille.
Je vais l’aimer, je vous le dis…après 15 ou 20 lavages dès qu’il aura fini de m’arracher la peau! La laine d’Islande n’ est pas des plus douces…

 


Et maintenant, me direz-vous? Eh bien, une folle envie de chaussettes laine à chaussettes m’a emportée dans le cycle infernal d’achats irraisonnés. La raison d’une tricoteuse ne se mesure pas de la même manière que celle du vulgaris homo sapiens. Rien à voir.
La tricoteuse succombe à des envies irrépressibles qui ne se soignent qu’avec la carte bleue. Et avec de la laine. Toujours plus.
Sur les bons conseil de Cécile , j’ai mis mon nez sur le site de l’OisiveThé qui faisait des promotions de laine Juno. Ahhh, la belle laine…si belle qu’à peine reçue je me suis dit que mes pieds ne méritaient sûrement pas un tel luxe.
Mais maintenant,  je voulais des chaussettes. Et je n’avais plus de laine à chaussettes.
Vous me suivez?
C’est chez Fifi Jolipois que je suis devenue l’heureuse propriétaire de 2 écheveaux de Cascade Héritage, un peu moins luxueuse mais néanmoins très belle dans ce violet puissant.

 

 

Modèle Cadence Socks by verybusymonkey. Laine Héritage Cascade yarn. Aig. Hiya hiya 2,5.

Je les tricote (grande première!) en même temps sur la Rolls des aiguilles circulaires, mes toutes nouvelles Hiya hiya en bambou, solides et douce comme une peau de bébé!
Je vous en reparle très bientôt.

 

…mais sûrement, je tricote. Après le petit Korrigan adopté dans mes multiples voyages aériens, j’ai rajouté au cardigan un doux lapin trouvé en furetant sur Ravelry. Ceci pour déstocker le peu de laine qui restait. En fait, je me suis bien amusée à crocheter cette mini-bestiole!

 

Modèle Minazara «  The boxy skirt bunny » crochet 1,5. Restes de Malabrigo sock, Soie orange Habbu. Modèle gratuit.

Ensuite je me suis remise à mon pull un peu délaissé ces temps-ci. Dommage  car je pense qu’après un bon blocage je serai ravie de porter ce joli modèle de  Heidi Kirrmaier, trouvé lui aussi sur Ravelry. Je l’ai un peu modifié (je sais, je ne peux pas m’en empêcher!) en enlevant la poche ventrale. Mais la structure reste la même et l’ayant essayé je sais que sa ligne fluide près du corps sera parfaite pour moi.

Laines bleues( Alpaga marine Caserita et Ístex Loðband Einband marine / Icelandic Laceweight) et noires ( Ístex Loðband Einband noire / Icelandic Laceweight et fil noir ultra fin offert par la fée du pigeonnier et rapporté du Maroc) tricotées ensemble en 3,25.

J’ai attaqué les manches en magic loop, et si je m’y tiens je pourrai peut-être en faire un compagnon pour les fraîches soirées de l’été.
Mon « châle aux oiseaux » partira dans son sac à ouvrage faire un petit tour en Catalogne quand l’heure des vacances aura sonné. En attendant nous sommes convenus, lui et moi, d’une courte séparation bénéfique à tous les deux!

Parce que je n’aime pas l’avion et que je devais voyager,
Parce que j’avais un bel écheveau de Malabrigo sock,
Parce qu’il fallait un projet léger pour le voyage…

 


Début du projet, une heure et demi de vol…quelques rangs de mise en place.

 


Berlin, une heure et demi d’avion…( Je sais, Toulouse est le centre du monde!) : un empiècement bien avancé.

 

 

Enfin, Paris une heure d’avion, les manches…et le reste pour le retour!

 

    Modèle Solenn Couix-Loarer , Malabrigo sock coloris Impressionist sky, aig numéro 3

Un Korrigan pour un petit Lucas est enfin tombé des aiguilles. Un joli modèle, simple avec juste ce qu’il faut de fantaisie pour ne pas s’ennuyer en tricotant.

Et vous savez quoi, je repars la semaine prochaine! Destination: toujours la région parisienne pour m’occuper de ma tante malade. Cette fois ce seront des chaussettes…je peux enfin prendre l’avion sans m’accrocher comme une hystérique à mon voisin.

Et mes voyages dans tout ça? Une pure merveille que ces deux villes si différentes mais aussi attachantes l’une que l’autre. Et si je me sens « chez moi » en Espagne, Berlin m’a plus dépaysée mais autant enthousismée. Merci à mon mari qui m’a un peu forcé la main pour m’emmener dans le « grand nord »! Il a eu raison, je suis rentrée ravie.

…et qui vous file entre les doigts pour m’apercevoir, ahurie, que je n’avais rien posté  depuis le 20 février! Pourtant j’ai des petites choses à mon actif, même si certaines sont restées un peu sur le bord de la route.

Le châle aux oiseaux a pris de la longueur mais pour le moment il a retrouvé son joli panier. L’essentiel est qu’il soit fini pour l’automne, n’est-ce pas? Alors je nous offre à tous les deux un peu d’air, et nous nous retrouverons enchantés dans un ou deux mois.

 modèle Christel Seyfarth. Laines Shetland Jamieson’s Spindrift. Aig. 3,25  

 

Je rêve de le voir bloqué pour qu’il raconte ce qu’il a dans le ventre…mais là, il va falloir attendre encore un peu!

Ma jumelle de châle avance plus vite que moi, elle est bien plus sérieuse…d’ailleurs vous en aurez bientôt la preuve.
Cette fois je prépare mes posts qui vont arriver en raffale, ou presque: un pull, le début d’un adorable cardigan en seront les thèmes.
Je reviens très vite, à bientôt!

 

 

Au bout de mes aiguilles il y a des oiseaux qui chantent. Chantent-ils vraiment ou seulement dans ma tête? Les pelotes à mes côtés , je joue les maîtres du monde: c’est moi qui choisis quelle sera la prochaine couleur pour des ailes immobiles. Ce pouvoir je ne le laisserais à personne tant il est délicieux de plonger les mains dans mon sac à tricot et d’en tirer l’unique et délicieuse teinte qui doit faire vibrer l’ensemble.

 

 

Malgré tout il ne faut pas trop se fier à mon lyrisme débridé…ils m’en font voir de toutes les couleurs mes oiseaux! J’ai eu le départ difficile et un peu lent, j’avoue. Mais les quelques réglages de rythme effectués (oui, chez moi le jacquard demande un rythme particulier!) je suis toute à mon bonheur de tricoteuse: ça monte!

En retard, comme d’habitude, pour vous souhaiter tout ce qui est délicieux, étonnant, merveilleux…et bien plus encore pour cette nouvelle année-qui n’est plus si nouvelle! En retard, mais le cœur y est:

je vous souhaite l’enthousiasme qui fait avancer dans la joie, la créativité qui rend vos yeux brillants de surprise et sème des étoiles au bout de vos doigts et je vous souhaite de la douceur et beaucoup d’amour sans lesquels rien de ce qui précède n’aurait d’ importance.
La nouvelle année c’est aussi de nouveaux projets, de nouvelles interrogations…et parfois des casse-têtes à répétition pour venir à bout d’encours pas si faciles à gérer!

Dans la rubrique sans soucis et ludique, j’ai testé une création de Jojo-la-meilleure (!). Le modèle m’a quand même posé quelques menus problèmes. La taille initiale étant en 42 ou 44, je ne sais plus…et devait gentiment s’adapter à mon 36! Pour corser l’affaire j’ai troqué la jolie fine kid du test par une bonne grosse laine sport (Sport laine de chez Phildar) tricotée avec du numéro 5 au lieu du 3,5 employé par Josette.

 

 

 

J’avais envie de triturer ce modèle pour qu’il soit parfaitement à mon goût! C’est chose faite, il est fini et je suis contente du résultat: de la dentelle bien sport, c’est ce que je voulais. Il donne un côté décalé à une jupe un peu habillée et il est très copain avec mon jean préféré.

Dans la rubrique remue-méninges et incessantes questions, il y a le châle aux oiseaux de Christel Seyfarth. Au passage je remercie Dominique pour son aide si précieuse. Car figurez-vous que Ninne et moi avons eu envie de refaire, comme cet été, un ouvrage commun. En jacquard. Et avec des oiseaux.

 

 

La grille du modèle étant plus que succincte, j’ai passé quelques heures sur mon ordinateur pour lui donner une forme lisible. C’est chose faite! Le problème des laines ( Ninne vous en reparlera!) a été autre chose! Mais, ça y est: nous avons tout, tout, tout…nous pouvons faire naître des oiseaux jolis sous nos aiguilles…une fois résolu l’ordre d’entrée en piste des couleurs (18 pour moi!).
Oui, je sens comme une légère angoisse qui vient me titiller, là, au creux de la gorge: aurais-je avalé un oiseau?

Deux mois! Plus? Pauvre blog abandonné…Et pourtant,  j’en ai fait des choses que j’aurais dû lui donner en pâture!
Alors avant de commencer un année nouvelle, je vous montre ce qui devrait clôturer 2011.

 


Il y a eu un béret raté. Oui, raté, dix fois trop grand pour ma petite tête: dommage, c’était un beau modèle. Il ne me reste plus qu’à lui trouver une famille d’accueil!

 

 

Ensuite je me suis lancée dans la production de mitaines (pour Noël c’est le genre de petit cadeau apprécié et vite fait). Une jolie laine de Noro et voilà deux paires du joli modèle fingerless qui ont fait le bonheur de ma nièce et d’Aurélie.


Stephen West m’a causé du souci: lequel choisir parmi tous les merveilleux châles et écharpes échappés de son imagination? Spectra a emporté l’affaire et a fait le bonheur d’Aurélie. Contrairement à Kokolat, je ne l’ai pas trouvé ennuyeux à tricoter, curieuse de voir la Silk Garden de Noro changer de couleur sous mes doigts. Le résultat est plutôt plaisant et sa nouvelle propriétaire l’a adopté immédiatement!

 

Ensuite, Josette ( la meilleure, vous connaissez?)  m’a demandé de tester un beau modèle qu’elle a créé. C’est avec enthousiasme que j’ai relevé le défit…même si j’ai quelque peu modifié la donne et transformé sa fine dentelle avec un gros fil très sport dans un bleu marine que la photo a oublié de rendre correctement! La construction est en cours…car depuis….

Oui, depuis? Depuis j’ai appris qu’il existait un Arnold! Celui là, je ne lui dit pas merci! En fait ils sont deux, bien au chaud coincés (c’est le cas de le dire) derrière les cervicales…ou à côté. Voila un mois que les névralgies d’ Arnold me pourrissent la vie et m’obligent à porter une minerve (qui m’énerve!) et à réduire considérablement le temps de tricot et même d’ordinateur.

Je vous parlerai plus tard du nouveau projet qui nous donne des ailes à Ninne et à moi…mais gardons du plaisir pour après!

Je ne veux pas terminer ce roman sans vous souhaiter une très bonne fin d’année…mes vœux de nouvel an arriveront avec 2012 …chaque chose en son temps!
À très bientôt…je reviens très vite cette fois!

…oui, de petites fleurs pour changer des grandes et surtout fleurir l’hiver qui approche.

 

Peerie Flooers by Kate Davies. Laines « Fine tweed »- Rowan

 

Un modèle magnifique et très ludique à faire. Pas de problèmes techniques: j’ai utilisé la méthode du joint « crachouillis » (pour les initiées!) ce qui m’a évité de rentrer les laines à chaque changement de couleur. J’ai un peu forcé sur le genre « slouchy »…mais à ma décharge je ne voyais pas comment réagissait la laine. Sachant que je n’avais pas, non plus, fait d’échantillon…c’est un slouchy « very » slouch!!! Qu’importe, il me plait et je le vois bien affronter l’hiver sur ma tête frigorifiée.
Il risque, quand même, de faire un petit tour au sèche-linge pour enlever un peu d’excédent!

Je remercie mille fois Anne qui m’a fait ce si gentil cadeau de rentrée.

C’est long deux ans à l’échelle « tricot »! J’ai un peu traîné,  j’en conviens. Mais l’hiver tricoter du coton, je dis non. l’été indien, si bien venu, m’a incité à terminer au plus vite mon plaid. Une saison de plus dans le panier à tricot nous aurait mis le moral à zéro.

 

Lizzard Ridge, 160*160, coton Katia- Tobago

« Calle Xaloc » est donc terminé et va retrouver d’ici deux semaines sa destination finale. Ses petites vagues seront en accord avec celles de la méditerranée, et il tiendra compagnie à la petite maison durant l’hiver.

Maintenant je peux sans remord m’adonner aux joies du jacquard, et faire à nouveau pousser des fleurs sur mes aiguilles. Anne est une adorable « pousse au crime »! Comment aurais-je pu résister à un tel cadeau?

 

 

Les laines sont arrivées en 48 heures chrono de chez « Pretty laine », bien emballées dans du papier de soie et accompagnées d’ un cadeau qui parfume d’ores et déjà les tiroirs de ma commode!

Merci encore pour tous les messages adressés à mon « châle en fleur »…il en est si content: je crois qu’il frime un peu sur le fauteuil du salon!

L’automne ne pouvait pas mieux commencer: aller à l’aéroport chercher Ninne était la récompense de la rentrée…et quelle récompense! Deux jours plus tard, c’est ensemble que nous avons accueilli  Ragnhild à la gare : les festivités pouvaient commencer.

 


J’ai été gâtée comme une princesse (que je ne suis pas!), heureuse de pouvoir mettre le nez dans la laine si douce que mes deux amies avaient apportées, commencer dans ma tête un beau voyage grâce au magnifique livre sur la Norvège (un joli piège à Mumu!), et beaucoup d’autres cadeaux délicieux (oui, même un régal de renne cuisiné en Norvège et terminé- dans tous les sens du terme- dans le chalet de Jean et Nicole à la montagne.

 

 

Et je peux dire que tout est passé à une folle vitesse, un tourbillon nous a emporté de Toulouse jusque dans les Pyrénées, de ville en campagne, de sommets en plaines dans les rires et la bonne humeur.

Bien sûr il fût question de tricot, des mérites comparés de la soie et du mohair, de modèles merveilleux que nous allions, c’est sûr, faire très très bientôt…Quelques visites à des boutiques de laine et à la « Droguerie » afin de parfaire un stock déjà bien consistant  nous ont rappelé que nous étions avant tout…de joyeuses tricoteuses!
J’avais promis du soleil, je n’ai pas menti: il nous a accompagné tout au long du séjour pour le plus grand bonheur de mes amies. Si Ragnhild continue d’en emmagasiner dans son Languedoc bien aimé, Ninne en a fait des provisions qu’elle a rangé dans sa valise; cet hiver elle pourra prélever dans ses souvenirs cette chaleur qui ne venait pas toute du soleil!

 

A bientôt mes amies, revenez vite me voir!

Archives
Retrouvez-moi chez:
Follow Me on Pinterest


www.flickr.com
Newsletter

Entrez votre adresse mail: